Recherche

Extraits de presse

  • . . Le quatuor Verlaine ne dément pas le poète et fait "de la musique avant toute chose

    M.Munch - Dernières Nouvelles d’Alsace (novembre 1994)

    . . .Nanti d’une technique très sûre, les solistes de l’ensemble ont su dépasser l’exercice de style pour bâtir un monde sonore neuf, clair, aéré, sans complaisance et sans raideur. Pas de "maudit grattage", ce défaut qui affecte nombre de quartettistes, mais des sonorités limpides, un tissu soyeux, des contrastes méticuleux.

    C.G. - Dernières Nouvelles d’Alsace (février 1995)

    ...Avec une sorte de sévérité passionnée, une superbe technique d’ensemble et une rare unanimité de réflexes, les solistes de Verlaine ont été largement à la hauteur des partitions difficiles et inspirées qu’ils avaient choisies.

    Dernières Nouvelles d’Alsace (mars 1996)

    .. .Les Européennes de Musique de Chambre de Mulhouse-Illzach. Les finalistes retenus ont tous été des lauréats de haute gamme, affichant de grandes valeurs musicales 3ème Prix et Prix Spécial de la Musique Contemporaine : Le Quatuor Verlaine de Strasbourg.

    Dernières Nouvelles d’Alsace (avril 1996)

    ... Une sûre conduite de la ligne, une homogénéité de l’ensemble, un son transparent, beaucoup de concentration.

    (Dernières Nouvelles d’Alsace - mars 2002)

nuages

Accueil du site || Ensembles || Quatuor Verlaine

"De la musique avant toute chose" Verlaine

Né d’une passion commune pour la musique de chambre, le Quatuor Verlaine réunit depuis 1994 quatre musiciens de l’Orchestre Philharmonique de Strasbourg. Le Quatuor Verlaine remporte en 1996 le 3ème Prix et le Prix spécial de musique contemporaine au concours international d’Illzach "Les Européennes de la Musique de chambre". Les musiciens abordent un large répertoire allant des compositeurs classiques aux plus contemporains. Le Quatuor Verlaine s’est produit à Paris et dans toute la France, ainsi qu’en Allemagne.


LES MUSICIENS

Claire Boisson, violon

Claire Boisson a fait ses études au conservatoire de Besançon où elle obtient une médaille d’or en violon et en musique de chambre. Elle entre ensuite au conservatoire national supérieur de musique de Lyon et en sort avec un premier prix de violon à l’unanimité. Durant deux ans, elle fait partie de l’Orchestre des Jeunes de la communauté européenne, puis entre à l’Orchestre philharmonique de Strasbourg.

Depuis qu’elle étudie le violon, Claire Boisson s’est toujours passionnée de musique de chambre et particulièrement de quatuor à cordes ; elle s’est ainsi dotée d’une solide pratique et d’une belle expérience dans cette discipline .

Agnès Martin, violon

Agnès Vallette fait ses études au conservatoire national de région de Grenoble, où elle obtient une médaille d’or et un prix de perfectionnement en violon, dans la classe de Flora ELPHEGE. Elle poursuit ses études au conservatoire supérieur de Paris (CNR) dans la classe de Jean Lenert, et en sort avec une première médaille à l’unanimité et un prix de perfectionnement. Elle travaille enfin au Conservatoire de musique de Rotterdam, dans la classe de Jean-Jacques Kantorow.

De 1993 à 1996, elle fait partie de l’Orchestre des Jeunes de la communauté européenne. En 1994, elle rentre à l’Orchestre de l’Opéra de Tours, et en 1996, à l’Orchestre philharmonique de Strasbourg. La même année, elle obtient le diplôme d’état pour l’enseignement du violon.

Depuis ses études à Grenoble, elle pratique la musique de chambre, dans diverses formations, de la sonate avec piano au quatuor à cordes.

Bernard Barotte, alto

Bernard Barotte est originaire du Territoire de Belfort, où il commence ses études musicales avant de les poursuivre à Strasbourg. Titulaire du DE (diplôme d’état) et du CA (certificat d’aptitude), il enseigne l’alto une dizaine d’années avant d’intégrer l’Orchestre philharmonique de Strasbourg en 1997. La musique de chambre est le fil rouge de son parcours, -en orchestre de chambre (La Follia), en trio ou en quatuor.

Jean-François Guyot, violoncelle

Jean-François Guyot a fait ses études à l’Ecole Normale Supérieure de Musique de Paris, ou il a obtenu une licence d’enseignement, puis une licence de concert. Il s’est ensuite perfectionné à la « Hocheschule « de Bâle dans la classe de Reine Flachot. Membre d’abord de l’Orchestre National de Lyon, il entre ensuite à l’Orchestre philharmonique de Strasbourg . Depuis, outre ses activités de musicien d’orchestre, il se consacre à la musique de chambre, allant de la sonate à l’orchestre à cordes et, plus particulièrement aujourd’hui, au quatuor à cordes.


Extraits de presse

. . Le quatuor Verlaine ne dément pas le poète et fait "de la musique avant toute chose

M.Munch - Dernières Nouvelles d’Alsace (novembre 1994)

. . .Nanti d’une technique très sûre, les solistes de l’ensemble ont su dépasser l’exercice de style pour bâtir un monde sonore neuf, clair, aéré, sans complaisance et sans raideur. Pas de "maudit grattage", ce défaut qui affecte nombre de quartettistes, mais des sonorités limpides, un tissu soyeux, des contrastes méticuleux.

C.G. - Dernières Nouvelles d’Alsace (février 1995)

...Avec une sorte de sévérité passionnée, une superbe technique d’ensemble et une rare unanimité de réflexes, les solistes de Verlaine ont été largement à la hauteur des partitions difficiles et inspirées qu’ils avaient choisies.

Dernières Nouvelles d’Alsace (mars 1996)

.. .Les Européennes de Musique de Chambre de Mulhouse-Illzach. Les finalistes retenus ont tous été des lauréats de haute gamme, affichant de grandes valeurs musicales 3ème Prix et Prix Spécial de la Musique Contemporaine : Le Quatuor Verlaine de Strasbourg.

Dernières Nouvelles d’Alsace (avril 1996)

... Une sûre conduite de la ligne, une homogénéité de l’ensemble, un son transparent, beaucoup de concentration.

(Dernières Nouvelles d’Alsace - mars 2002)

ps:

Pour les contacter : JF Guyot, 23 rue St -Urbain 67100 Strasbourg

Forum

  • Le Quatuor Verlaine enchante Saint-Arbogast

    20 novembre 2008, par Purdey

    [Article publié dans les DNA en novembre 2008]
    Le Quatuor Verlaine a donné samedi soir un concert à l’église Saint-Arbogast (quartier Montagne verte), dans le cadre de la manifestation Orchestres en fête. Il y a joué des oeuvres de Mozart, Chostakovitch et Mendelssohn.
    Une bonne centaine de personnes a fait le déplacement, samedi soir, à l’église Saint-Arbogast du quartier Montagne Verte. Pas pour une messe spéciale, non, mais pour un concert de musique classique gratuit. Pendant une heure et demie, les musiciens du Quatuor à cordes Verlaine (deux violons, un alto et un violoncelle), ont revisité trois périodes différentes de la musique classique en interprétant Mozart, Mendelssohn et Chostakovitch avant de finir, après un rappel du public, sur un tango argentin.
    Ce concert a été organisé dans le cadre d’Orchestres en fête, une manifestation nationale mise en place par l’Association française des orchestres (AFO). L’objectif de cette soirée était simple : sortir la musique classique de ses lieux de représentation habituels et faire jouer des membres de l’orchestre philharmonique de Strasbourg dans les quartiers de la ville. Et c’est une réussite ! “Je ne vais jamais à des concerts classiques”, explique Clarence, étudiante âgée de 23 ans. “Là j’ai fait le déplacement parce que j’habite à proximité et je ne le regrette pas. C’est une initiative très intéressante, qui permet de mener la musique vers les gens, et non pas l’inverse. Si d’autres concerts sont organisés, je ne manquerai pas le rendez-vous.”
    Et le cadre chaleureux de cette petite église en bois, bientôt centenaire, convenait parfaitement. Lumières tamisées, acoustique impeccable, oeuvres alternant passages au rythme soutenu et mouvements plus lents et graves… Jusqu’aux brèves présentations orales de chaque morceau, tout était fait pour donner envie aux spectateurs de franchir à nouveau la porte d’une salle de concerts.