Recherche

diaporama

nuages

Accueil du site || Editoriaux || "Je suis chef d’orchestre"

Extraits :

"Un geste allusif peut être nécessaire, mais une mimique systématique complique la tâche des instrumentistes qui ont besoin d’indications à la fois précises et évocatrices."

"En bref, la musique respire : il faut savoir où et quand. Une interprétation qui ne tient pas compte de ce fait essentiel sera monotone : la musique deviendra incompréhensible, comme un texte dont le lecteur alignerait les mots, sans jamais se soucier de la ponctuation."

"Un orchestre n’est pas un instrument docile et mécanique. C’est un corps social, une somme d’humains : il a une psychologie et des réflexes qu’il ne faut pas heurter, mais orienter."

"Les musiciens viennent pour jouer, non pour écouter une conférence ou pour assister à une classe d’écoliers. Il faut leur dire l’indispensable, en très peu de mots. Les musiciens ont horreur qu’on leur fasse la leçon. Laissez-leur le sens de leur responsabilité, ne les découragez jamais, rendez confiance à ceux qui ont des difficultés, n’insistez pas sur une faute commise, ne les humiliez pas en leur adressant, devant leur camarades, des observations vexantes."

"Au fond, il ne devrait pas y avoir grand-chose à dire sur le concert, puisque le rôle du chef est de s’y faire remarquer le moins possible"

"Un chef d’orchestre n’est ni un clown, ni un gymnaste."

"Je tiens à parler ici du sort de ces musiciens anonymes, modestes, parfois plus talentueux que bien des solistes de renom. Il est juste de leur rendre hommage, car, sans eux, que serait un chef d’orchestre ? Après tout, ce sont eux qu’on entend jouer, ce n’est ni le chef.. ni l’impresario."

ps:

Charles MUNCH

Copyright by Éditions du Conquistador, Paris, 1954

Galerie image